IL EXISTE UN PUNCH, UNE ENERGIE, UNE JUBILATION A FAIRE LE MAL DE LA PART DE LA BOURGEOISIE A REPRIMER LES CHOMEURS ! Nouvelle version, Adrien…


IL EXISTE UN PUNCH, UNE ENERGIE, UNE JUBILATION A FAIRE LE MAL DE LA PART DE LA BOURGEOISIE A REPRIMER LES CHOMEURS ! Nouvelle version
Adrien Quatennens dénonce « la fainéantise des dirigeants face au contrôle accru des chomeurs » (déclaration France Info). Telle n’est pas mon analyse. Face au contrôle accru des chômeurs, la fainéantise (ou pas) de la Classe dirigeante n’est pas une bonne question. D’abord parce que cette soit disante fainéantise des dirigeants n’est pas établie : je me souviens de la démission d’une sous-ministre de Macron, qui ne supportait pas les journées de travail, commençant à 7 heures du matin.
Ensuite, ce que veut la Classe dirigeante à l’offensive depuis le milieu des années 70, c’est de faire basculer des pans entiers de la société dans la pauvreté de masse : 1 million de chômeurs sous Giscard, 6 millions aujourd’hui, dont la moitié (3 millions) ne perçoit aucune allocation ASSEDIC. C’est cette férocité sans fin de la Bourgeoisie contre les Classes populaires, à qui il en faut toujours plus, que la FI se doit de denoncer. Et pas leur paresse au travail. Monique Pincon Charlot, spécialiste des riches, ne mentionne aucune paresse éventuelle de cette classe, mais au contraire une forte organisation et conscientisation d’elle-même, ce qui suppose un travail continu.
Pour s’en prendre aux plus faibles, la Bourgeoisie a toujours eu de l’énergie, du punch, de l’imagination, un zèle imbécile à s’en prendre, non seulement aux chômeurs, mais aux sans nom aux sans grade que nous sommes ; voire de la jubilation à faire le mal, résultat elle-meme d’une activité serree, à revendre…!
Oui, Macron à traité les chômeurs de faineants. Mais l’inverse n’est pas vrai. Toute l’histoire de la Bourgeoisie montre qu’elle est très industrieuse à s’en prendre impunément aux chômeurs et aux plus faibles. Elle ne rechigne jamais à la tâche, des lors qu’elle peut filer aux Classes populaires la pire gifle de leur histoire !


François Delpla

Je ne connais pas le contexte de l’assertion d’Adrien Quatennens, mais elle n’est pas incompatible avec ton affirmation.
La bourgeoisie fait bel et bien preuve de paresse quand, après avoir fait élire des représentants promettant de s’attaquer au chôma…

    Brigitte Pascall

    Tu n’as pas compris les arrière pensées de la bourgeoisie : laisser filer sciemment la courbe du chômage. Alors, forcément, les gouvernements à sa botte ont l’air paresseux, mais en réalité, ils s activent à faire croître le nombre de pauvres !

Brigitte Pascall

Tu n’as pas compris les arrière pensées de la bourgeoisie : laisser filer sciemment la courbe du chômage. Alors, forcément, les gouvernements à sa botte ont l’air paresseux, mais en réalité, ils s activent à faire croître le nombre de pauvres !

Dominique Chastrusse

Je crois plutôt que cela permet de justifier les radiations avec la conséquence mécanique de la baisse des demandeurs d’emploi !… cela permet aussi aux chômeurs d’accepter des emplois de misère, précaires car sans pérennité !

Freddy Parenti

Vous avez tous les trois raisons tous est organisé depuis longtemps par les requins du cac 40

Frederic Macary

Il est effectivement troublant que le chômage de masse soit apparu peu de temps après 1968 comme d’ailleurs le développement des machines , informatiques comprises, supprimant les besoins en personnel ou encore l’essor des délocalisations.

Gilles Jean Commenge

La preuve, elle ne veut pas croire que je n’ai pas de television, elle met en doute ma parole…

Brigitte Pascall

Ma soeur connaît le même probleme.

Rosalinde Wechsel

bien dit!

Dominique Kern

J’ai partagé Brigitte merci

Thierry Morvan

La phrase exacte est : Contrôle des chômeurs : « On a un gouvernement de fainéants qui préfère s’attaquer aux chômeurs plutôt qu’au chômage ».

    Brigitte Pascall

    Oui, le gouvernement ne s attaque pas au chômage en raison d’une stratégie délibérée de le faire croître : et non par paresse intellectueLle.

    Frederic Macary

    La phrase est à destination du public lobotomisé par les médias. Comme un coin dans la bûche de bois

Brigitte Pascall

Oui, le gouvernement ne s attaque pas au chômage en raison d’une stratégie délibérée de le faire croître : et non par paresse intellectueLle.

Frederic Macary

La phrase est à destination du public lobotomisé par les médias. Comme un coin dans la bûche de bois

Thierry Morvan

Pour plus d’info : https://www.francetvinfo.fr/…/controle-des-chomeurs-on…

Yao Tzou

je partage


Marché flottant de Cai Rang

mars 7, 2019

Le marché flottant de Cai Rang est l’un des sites les plus impressionnants à Can Tho. Celui-ci est une culture très unique de la région du delta du Mékong, attirant beaucoup de touristes, surtout les touristes étrangers. Les traits unique…  Đọc tiếp